Après des mois d’attentes, Fate/stay night : Heaven’s Feel débarque dès aujourd’hui sur Wakanim. Le troisième chemin de la série des Fate Stay Night était énormément attendu par la communauté, il se composera en une série de trois films d’animation, dans cette critique nous allons analyser le premier : Presage Flower.

Attention ! Cette critique contiendra des spoilers, il est donc conseillé de voir le film avant.

SYNOPSIS

Il voulait la protéger. C’était son désir le plus profond. 10 ans après « La Guerre du Saint Graal » qui vit s’affronter maîtres et leurs servants, une nouvelle guerre éclate aujourd’hui dans la ville de Fuyuki. Shirô Emiya, le fils adoptif de Kiritsugu Emiya, déjà combattant durant l’ancienne guerre, décide de prendre part à ce nouvel affrontement afin de tenir sa promesse envers Kiritsugu. Aux côtés de Shirô se tient Sakura Matou, une jeune fille éprise de lui. Elle se rend chaque jour à son domicile pour lui préparer ses repas, apportant ainsi un peu de lumière dans sa vie. Mais depuis le début de « La Guerre du Saint Graal« , l’air environnant est devenu bien plus pesant. Les meurtres se multiplient dans la ville de Fuyuki. Shirô décide de protéger Sakura. Aux côtés de Saber, la servante à laquelle il a fait appel, Shirô rejoint le camp du mage Rin Tohsaka et prend part à la guerre. Mais lorsque des forces obscures viennent se mêler à la bataille, la victoire semble leur échapper.

UN DÉBUT DE GUERRE SURPRENANT

Dans les précédents Fate, la guerre du Saint-Graal se déroulait plus ou moins de manière logique avant la fin. Dans Heaven’s Feel, ce n’est clairement pas la même. Le combat s’emballe très rapidement, et l’arrivée d’un nouvel Assassin joue pour beaucoup.

Il va à lui seul éliminer 4 servants et un master, à savoir Lancer, Assassin, Caster, Kuzuki Sôichirô, et même la puissante Saber qui, à la fin, semble perdre.

Dès le début, le ton est donné ! Cette guerre sera sans merci. Et c’est un aspect qui manquait au début de Fate/stay night : Unlimited Blade Works, ce sentiment de danger constant, que les servants, bien que puissants, ne paraissaient pas invincibles mais au contraire très vulnérables.

 

 

 

 

 

Les protagonistes ou même Kirei n’ont aucunement le contrôle de la situation, cette guerre, encore plus que Fate/Zero, change les règles du Graal. Ici, ce sont les servants qui sont traqués avant les masters. Et seul Lancer a opposé une réelle résistance à Assassin, au terme d’un combat absolument sublime, que ce soit dans la mise en scène ou l’animation.

Dans ce Fate, les esprits héroïques n’apparaissent plus comme étant tout puissants et intouchables, et c’est cette nouvelle vision de l’univers qui m’a particulièrement marqué.

Et quand bien même la situation semble sous le contrôle du vieux Zôken, on comprend, avec l’apparition de cette créature sombre, que personne ne contrôle entièrement cette guerre. Et quand on sait que Gilgamesh, Saber Alter et Berserker vont entrer en scène dans la suite, on ne peut qu’être impatient de la voir !

UN UNIVERS MATURE

Un autre aspect du film qui m’a énormément plu, c’est bien l’univers et son ambiance. C’était quelque chose qui avait disparu depuis Fate/Zero, ce sentiment d’oppression constante, d’atmosphère sombre et pesante. Où que ce soit, Assassin peut apparaître à tout moment, l’ombre paraît invincible, et les servants plus aussi protecteurs qu’avant. Il suffit de voir Shirô qui aurait pu mourir à deux reprises. Et contrairement à Unlimited Blade Works, il manque de mourir sous les yeux de Saber, qui paraît totalement impuissante. Tout le monde est vulnérable, et c’est cet aspect d’insécurité constante qui me plaît.

Le film est aussi plus violent, les morts et les coups reçus ne sont que très peu censurés. Je pense que nous avons tous été surpris de voir le héros perdre des organes suite à l’attaque de Berserker.

Il y a même eu une scène « érotique » qui, même si elle a été censurée par rapport au visual novel, marche dans l’idée qu’elle veut transmettre au spectateur.

LA VRAI SUITE DE FATE/ZERO

Une des choses que j’avais regrettées avec Fate Unlimited Blade Works, c’était le manque d’allusion dans la série à Fate/Zero. Les occasions ne manquaient pas : la rencontre avec Illya, la rencontre avec Kirei ou Saber, mais ça avait été volontairement ignoré par la série. Le but dans celle-ci était avant tout de développer la relation entre Archer Emiya et Shirô. Fate/stay night : Heaven’s Feel, lui, ne manque pas les occasions. Outre l’atmosphère pesante dont j’ai parlé au-dessus, les deux séries sont réellement proches, dans le sens où, le film parle pendant une bonne partie des événements de Zero, et plus particulièrement du personnage de Kiritsugu.

Kiritsugu qui, dans la série antérieure, était également le master de Saber et l’adversaire de Kirei. Et pour cela, la scène dans l‘Église est vraiment très intéressante. Dans cette scène, le prêtre a un discours profondément différent de ce que Shirô pense de son père adoptif. En effet, Kirei présente Kiritsugu comme une personne cruelle, dénuée de tous sentiments et juste folle dans ses idéaux. Saber, elle, ne se montre pas aussi critique envers ce personnage. Mais je trouve que ces deux opinions sont assez représentatives de la communauté.

Certains trouvent que c’est une mauvaise personne, d’autres le trouvent bon. Ces dialogues ont permis de reposer la question sur le personnage. C’est un thème abordé dans la série antérieure et qui est à nouveau mis sur la table, avec la vision de Shirô en plus.Pour conclure avec les allusions à Fate/Zero, on peut également noter le fait qu’ils utilisent des OST de 2011, légèrement remixées. En tant que fan, on ne peut que saluer cette initiative. Et au vu du trailer de la partie 2, je pense que l’histoire de Fate/Zero sera à nouveau abordée dans le prochain film.

UNE BONNE ROMANCE

S’il y a bien un personnage qui a été oublié par les séries Fate, c’est bien la jeune Sakura Matô. Depuis Fate/Zero il n’y avait plus eu de développement pour elle, Heaven’s Feel est donc la route où l’on s’intéresse à elle et sa relation avec Shirô.La relation entre les deux est assez réussie. Dès le début du film, on prend bien le temps d’expliquer sa relation avec le héros et ce aux dépens du rythme. On peut alors trouver le début du film un peu long, mais si on prend la peine de s’intéresser au personnage de Sakura.On peut quand même se questionner sur sa réelle mentalité.

 

Elle n’est pas mauvaise, mais ne semble pas totalement pure, comme elle essaye de le montrer. Sa famille et son développement de Fate/Zero nous montrent qu’elle a vécu trop de choses sombres pour être aussi sympathique. Et c’est réellement ce comportement qui m’a captivé chez ce personnage. Peut-être que je me trompe, mais au vu des excuses qu’elle a faites à Shirô, la question peut se poser.Et le fait que Sakura soit de la même famille de Zôken pose encore plus de question sur ses réelles ambitions. Et c’est vraiment tout cet aspect de doute sur ce personnage qui contraste avec la sincérité de ses sentiments pour Shirô qui m’a fait apprécier ce début de relation.

 La mise en scène au top

Ufotable est un studio qui peut être critiqué sur certains points, mais en ce qui concerne la mise en scène, il a toujours su briller. On est habitués aux séries, qu’en est-il en film ? Eh bien, c’est une totale réussite ! Les dessins, l’animation et la musique, tout est parfaitement géré et utilisé. Le studio a su utiliser habilement les mouvements de la caméra pour rendre les affrontements encore plus dynamiques.

 

 

 

 

 

 

 

Il y a eu tout un travail pour créer une atmosphère dans la ville. En regardant le film, on voit et on comprend que ça a été travaillé. Les musiques sont magnifiques, Yuki Kajiura a encore prouvé qu’elle est l’une des meilleures dans ce domaine. Que ce soit les scènes d’action, ou les scènes tristes, toutes les musiques collent à merveille.

Conclusion

Que peut-on conclure de ce premier film Fate/stay night : Heaven’s Feel ?

Eh bien, je suis pleinement satisfait par cette introduction. On a un univers sombre et oppressant, une relation amoureuse avec un amour réciproque, mais pas pour autant honnête, et une réalisation au top : que demander de plus ?

Rien n’a été fait au hasard, et il y a beaucoup d’action, tout de même, pour un premier film qui réussit à captiver pour le prochain, qu’on attend tous avec énormément d’attention.

Vous pourrez trouver un gros article de présentation du film rédiger par Darkys en cliquant ici.

Le film est disponible sur Wakanim en cliquant ici.

Vous pouvez également sur visionner le trailer sur la chaine Youtube de Wakanim.

La série Fate/stay night : Unlimited Blade Works est disponible sur Wakanim en cliquant ici.

Vous pouvez également (re)lire la critique de Jakedax sur Steins;Gate toujours disponible sur Wakanim ici.

Et la série Steins;Gate 0 en review par Hyamix en cliquant ici.

VIAWakanim
Je suis un grand fan de manga et d'animation japonaise, particulièrement de la saga Fate.